<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6432744\x26blogName\x3dANTES+DE+TEMPO\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://antesdetempo.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dpt_PT\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://antesdetempo.blogspot.com/\x26vt\x3d685797521404101269', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

terça-feira, 7 de junho de 2005

 
____________________________________________________________________

La Panthère


Foto de Marco Barsanti


Dans les bestiaires du Moyen Âge, le mot panthère indique un animal assez différent du "mammifère carnassier" de la zoologie contemporaine. Aristote avait mentionné que son odeur attirait les autres animaux; Elien — auteur latin surnommé Langue de Miel pour sa grande connaissance du grec — déclara que cette odeur était aussi agréable aux hommes. (Dans ce trait, certains ont pensé à une confusion avec la civette.) Pline lui attribua une tache sur le dos, de forme circulaire, qui rapetissait et grandissait avec la lune. À ces caractéristiques merveilleuses il faut ajouter le fait que la Bible grecque des Septante utilise le mot panthère à un endroit qui peut se rapporter à Jésus (Osée, V, 14).
Dans le bestiaire anglo-saxon du codex d'Exeter, la panthère est un animal solitaire et suave, à la voix mélodieuse et à l'haleine parfumée. Elle fait sa demeure dans les montagnes, en un lieu secret. Elle n'a d'autre ennemi que le dragon, avec qui elle lutte sans trêve. Elle dort trois nuits durant, et quand elle se réveille en chantant, des multitudes d'hommes et d'animaux attirées par le parfum et la musique, accourent des champs, des châteaux et des villes vers sa grotte. Le dragon est l'ancien Ennemi, le Démon; le réveil est la résurrection du Seigneur; les multitudes, la communauté des fidèles, et la panthère Jésus-Christ.
Pour atténuer la stupeur que peut produire cette allégorie, rappelons que la Panthère n'était pas une bête féroce pour les Saxons, mais un son exotique, dépourvu de représentation concrète. Il faut ajouter, à titre de curiosité, que le poème Gérontion, d'Eliot, parle de Christ the tiger, Christ le tigre.
Léonard de Vinci note:

La Panthère africaine est comme une lionne, mais les pattes sont plus hautes, et le corps plus subtil. Elle est toute blanche et elle est éclaboussée de taches noires qui semblent des rosettes. Sa beauté charme les animaux, qui seraient toujours autour d'elle, n'était son terrible regard. La Panthère, qui n'ignore pas cette circonstance, baisse les yeux; les animaux s'en approchent pour jouir de tant de beauté et elle s'empare de celui qui est le plus près et le dévore.

J.L. Borges e Margarita Guerrero in Le Livre des Êtres Imaginaires, 1978.



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?