<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d6432744\x26blogName\x3dANTES+DE+TEMPO\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://antesdetempo.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dpt_PT\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://antesdetempo.blogspot.com/\x26vt\x3d685797521404101269', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

quinta-feira, 8 de julho de 2010

 
Páginas notáveis (24)



Une grande partie de l'oeuvre de Barthes est consacrée au répertoire du plaisir, «la grande aventure du désir», selon l'expression de l'essai sur la Phisiologie du goût de Brillat-Savarin. Recueillant un modèle de félicité dans tout ce qu'il étudie, il assimile la pratique intellectuelle elle-même à la pratique érotique. Barthes appelait désir la vie de l'esprit, et se souciait de défendre la pluralité du désir. Le sens n'est jamais monogame. Sa joyeuse sagesse, son gai savoir offrent l'idéal d'une conscience libre, avide et pourtant satisfaite, l'idéal d'une condition où l'on n'a pas à choisir entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, où la justification n'est pas nécessaire. Les textes et les entreprises qui attiraient Barthes étaient pour la plupart ceux où il pouvait déceler un défi lancé à ces antithèses. C'est ainsi, par exemple, que Barthes analyse la mode: comme un domaine, semblable à celui de l'éros, où les contraires n'existent pas («La mode cherche des équivalences, des validités, non des vérités»); où l'on peut s'autoriser la satisfaction; où le sens et le plaisir abondent.
Pour mener ce genre d'analyse, Barthes a besoin d'une catégorie maîtrisse à travers laquelle tout puisse être réfracté, qui permette à l'intellect de jouer le plus grand nombre possible de coups. Cette catégorie la plus inclusive est celle du langage, pris en son sens le plus large: la forme même. C'est ainsi que le sujet du Système de la mode (1967) n'est pas la mode mais le langage de la mode. Barthes postule évidemment que le langage de la mode est la mode; que, comme il l'a déclaré dans un entretien, «la mode n'existe qu'à travers le discours que l'on tient sur la mode». Des postulats de cette espèce (le mythe est un langage, la mode est un langage) sont devenus une convention dominante, souvent réductrice, dans les entreprises intellectuelles contemporaines. Dans l'oeuvre de Barthes, ils sont moins réducteurs que proliférateurs: abondance de biens pour le critique considéré comme un artiste. Stipuler qu'il n'y a pas de compréhension en dehors du langage, c'est affirmer qu'il y a du sens partout.
En étendant ainsi le domaine du sens, Barthes déborde le concept pour déboucher sur des paradoxes triomphants tels que celui du sujet vide qui contient tout, du signe vide auquel toute signification peut être attribuée.


Susan Sontag in L'écriture même: à propos de Barthes, 1982.



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?